Catégorie : Vie de tous les jours

Yuba Mundo : le « deuxième moi »

Vendredi, 16h, Grenoble. Sébastien Fauvel évoque avec passion ses déplacements seul ou en famille avec son Mundo, ses attentes et leitmotiv, que ce soit pour travailler, ses activités ou vacances !

Sebastien fauvel ski yuba mundoSi aujourd’hui beaucoup de ses proches ont de lui l’image d’un sportif, Sébastien s’amuse en déclarant : « Pour moi je ne fais rien d’exceptionnel, je pédale simplement à mon rythme quotidiennement. En fin d’année, mon compteur affiche entre 4 000 et 4 500 km, ce qui finalement ne fait que 12 km en moyenne par jour. Ce qui compte réellement pour moi, c’est surtout de pouvoir transporter jusqu’à 100 kg avec mon cargo bike, sans effort particulier ». Son épouse Cécile sourira certainement en l’entendant expliquer : «  Ce vélo c’est mon deuxième moi, comme ma femme en quelque sorte ! ».

À 46 printemps, ce grenoblois installé comme ingénieur dans le secteur du bâtiment avoue être tombé amoureux de son BMX à 12 ans. « J’ai le souvenir d’avoir fait beaucoup de vélo depuis l’âge de 8 ans dans ma résidence, où j’ai d’ailleurs eu l’occasion de tomber à de multiples reprises ! ». Il confie ensuite naturellement avoir toujours eu une approche très physique du deux-roues, qui lui valut plus jeune quelques frayeurs…

Des déplacements fun à vélo chaque jour

velo cargo yuba long loadAprès avoir longtemps pédalé pendant ses congés, Sébastien a également opté pour le vélo comme mode de déplacement quotidien. « Dans un premier temps dans un souci de responsabilité individuelle au niveau du changement climatique » puis très rapidement de manière spontanée car : « Mon grand kiff est de pouvoir transporter des trucs de dingue ! ». Au-delà de la question écologique, le sentiment d’auto-suffisance et de liberté prennent le pas : « Quel plaisir de se sentir autonome sans voiture ! ».Faire les courses en Yuba Mundo velo cargo

C’est animé par ces sentiments que Sébastien commence par se tourner vers les vélos en location pour se rendre notamment à son travail en constatant « n’être pas forcément bien installé car le modèle n’est pas toujours adapté. Puis naturellement, il cherche à identifier une monture qui lui corresponde et lui permette de tout transporter ». Cette idée de déplacement en mode totale indépendance et ludique poursuit son chemin lors de la naissance de son fils. « Comment puis-je continuer de pédaler chaque jour et faire par exemple mes courses avec un enfant à l’arrière ? ». La révélation du jeune homme arrive lorsqu’il croise une personne équipée d’une extension : « Je me souviens alors l’avoir alpaguée et être complètement bousculé par cette découverte ! ».

En famille, il s’affranchit alors doucement de la voiture, même en ville, que ce soit pour ses trajets personnels ou professionnels ainsi que pour des travaux divers. Après une observation poussée du marché pendant trois mois, suit l’acquisition de matériel adapté : « Je me suis aussitôt demandé comment j’avais pu finalement attendre jusque-là ! ».

Le Mundo, « le vélo à tout faire »

Bon mécanicien et avant-gardiste, le père de famille souhaite monter personnellement son vélo en fonction de ses attentes précises, notamment sur le groupe freinage-transmission qu’il pense particulièrement solliciter. « J’achète alors le cadre nu d’un simple VTT et un groupe complet de freinage-transmission Schimano XT. Depuis 2015, c’est Yuba que j’ai choisi. Le Mundo pouvant porter plus de charge, mais surtout parce que la géométrie du vélo était compatible avec la carriole de mon p’tit dernier Gabin. En effet, en mettant une adaptation pour potence dans le tube arrière, on peut facilement installer une attache pour la carriole » explique enthousiaste Sébastien.

Le cargo bike, la révolution familiale

Complétement conquis Sébastien clame : « Ce vélo est tout simplement génial, c’est une sorte de cabriolet-camion américain ! ». Au fil des années, ses enfants Mathéo, âgé aujourd’hui de 12 ans, et Gabin 6 ans, grandissent mais le cargo bike fait pleinement partie de la famille. Après quatre années d’utilisation, impensable pour la tribu de penser se séparer du Mundo. Sa femme Cécile s’est d’ailleurs aussi mise au cargo bike !

velo cargo yuba remorque vacances« Quel confort de ne pas devoir circuler son sac sur le dos et de ne pas avoir le souci de traces d’auréoles ! Chaque jour, mes valises sont toujours bien remplies ! ».

Pour conclure, cet amoureux du deux-roues explique qu’en 50 mètres même les plus sceptiques comprennent la maniabilité et le confort des vélos Yuba. Conclusion : essayer les déplacements en cargo bike, c’est adopter un autre style de vie !

Vis ma vie en mode Mundo

Pour suivre les aventures de Sébastien et sa famille, rendez-vous sur leur :

 

Le coup de coeur de Damien Artero

Propos recueillis par Caroline Segoni

Jeudi, 14h, Damien Artero nous accueille plein d’entrain autour d’un café pour évoquer le Spicy Curry, compagnon fidèle du quotidien de sa tribu, installée entre Grenoble et Chambéry !

D’entrée de jeu, ce chef de famille s’exclame : « Le Spicy Curry est un vélo attachant avec sa gueule de patachon ! Il fait penser à un vieux dinosaure mais fait largement ses preuves chaque jour ! ». Dès les premiers instants partagés avec Damien, la soif d’aventures transpire dans le discours de ce quadra. Rencontre avec ce réalisateur, auteur, photographe, animateur sous la casquette Planète.D et père de famille passionné.

Le Yuba Spicy Curry et la tribu de Damien Artero remonté journalière de l'école à la maison en vélo cargo

 

Le Spicy curry, la révolution électrique

Damien pédale depuis toujours : « J’ai passé toute mon enfance et adolescence sur un vélo en faisant au passage beaucoup de casses mais heureusement sans trop de dégâts ! » affirme-t-il en riant à gorge déployée. « Le vélo est mon meilleur copain » poursuit celui qui se déplace au quotidien sur sa bicyclette seul, en famille ou pour transporter son matériel.
« En dessous de 30 km autour de mon domicile, je ne me pose même pas la question d’un autre moyen de transport ». Côté vacances, 8 voyages sur 10 sont réalisés avec un deux-roues. Un mode de déplacement déjà validé pendant les deux années de son tour du monde avec son amoureuse de l’époque.

Damien confie qu’il a longtemps considéré que le Vélo à Assistance Electrique (VAE) n’était pas pour lui, qu’il était destiné aux personnes limitées physiquement, souhaitant renouer avec la pratique cycliste. « Jusqu’au jour où nous avons emménagé avec ma famille tout en haut d’une colline ! En Belledonne, il n’y a guère de pentes douces. Ma maison surplombe le hameau de la tour d’Avallon ». 400 mètres de dénivelé quatre fois par jour uniquement pour le trajet école-maison réalisé avec ses filles Lirio 9 ans et Luce 6 ans l’ont fait réfléchir.
« Je louchais depuis longtemps sur les modèles cargo de la marque Yuba qui m’apparaissaient comme une version à pédales de mon van. Je me suis rapproché de l’équipe qui m’a vantée les mérites de sa gamme ». En 2018, le Spicy Curry rejoint la tribu : « Depuis le premier jour où nous l’avons reçu, il fait sensation chez nous et auprès de ceux croisés au fil des excursions ! ».

 

L’expérience Spicy curry


Particulièrement enthousiaste, Damien avoue adorer se déplacer depuis un an avec le Spicy Curry et que ses « filles sont fan de ce cargo bike depuis le premier jour ! Elles ont créé une sorte de cocon extérieur, en se mettant en face à face pendant les trajets pour discuter et chanter à tue-tête » tout en profitant des sensations procurées, du plaisir d’évoluer en pleine nature en profitant notamment du chant des oiseaux.

« Le Spicy curry n’est pas le style de vélo que j’affectionne esthétiquement mais sur tous les autres points : c’est un réel bijou ! ». Damien mentionne alors spontanément la capacité de charge impressionnante de ce modèle, permettant de se déplacer jusqu’à quatre, avec des poids conséquents comme les cartables, courses ou encore son matériel de sonorisation et de projection pour animer des temps de rencontre. « C’est simple, je n’ai encore pas trouvé la limite ! ».

Il enchaîne en soulignant que ce modèle est très bien équilibré et insiste sur l’excellent travail de conception réalisé par l’équipe qui « permet aujourd’hui d’avoir un utilitaire pratique allié à un réel plaisir de conduite ».

Côté matériel, le pilote évoque également le bon choix des matériaux, l’incroyable angle de braquage et la courbure du guidon avant de souligner « la réactivité impressionnante du service après-vente ». L’entrepreneur revient sur sa tendance à ne pas être spécialement doux avec sa monture : « Les deux fois où j’ai cassé la béquille centrale du Spicy Curry ainsi que la poulie tenseur de chaîne, j’ai immédiatement contacté Yuba qui m’a envoyée les pièces pour que je ne sois pas immobilisé. J’ai particulièrement apprécié nos échanges. On sent des professionnels à l’écoute, avec l’envie de toujours plus perfectionner leur gamme de cargo pour offrir aux utilisateurs des modèles performants et adaptés ».

 

Un vélo utilitaire familial

 

« Le Spicy Curry est révolutionnaire car il donne accès à des territoires de montagne où il faut, certes, pédaler pour progresser mais le moteur Bosch permet de ne pas avoir peur du dénivelé. Quel que soit le temps, nous circulons avec mes filles chaque jour de l’année. Au début, les gens nous regardaient avec des yeux gros comme des soucoupes, mais très vite les questions sont arrivées sur ce modèle original, les utilisations possibles. Aujourd’hui, deux autres familles se sont équipées d’un cargo à l’école ! Et le partage de nos expériences sur notre blog a convaincu plusieurs familles qui nous ont écrit en affirmant avoir réalisé leur meilleur achat ! ».

Souhaitons bon vent à cette tribu débordant d’énergie !

Vis ma vie en mode cargo bike

Pour suivre les aventures de Damien et sa famille, rendez-vous sur leur :